The  International  Association  of  Birman  Breeders

L'association  internationale  des  Eleveurs  de  Birmans





Accueil Présentation Le Birman Autres races Nos éleveurs Nos expositions Nos chatons Nous écrire Nos liens

La légende du Chat sacré de Birmanie ...


"En ce temps-là, dans un temple bâti au flanc du mont de Lugh, vivait en prières le très vénérable kittah  Mun-Hà, grand lama précieux entre les précieux, celui dont le Dieu Song-Hio lui-même avait tressé la barbe d'or...


"Pas une minute, pas un regard, pas une pensée de son existence qui ne furent consacrés à l'adoration, à la contemplation, au pieux service de Tsun-Kyanksé, la déesse aux yeux de saphir...


Celle qui préside à la transmutation des âmes, celle qui permet aux kittahs de revivre dans un animal sacré la durée de son existence animale, avant de reprendre un corps auréolé de la perfection totale et sainte des grands prêtres. Auprès de lui méditait Sinh, son cher oracle, un chat tout blanc, dont les yeux étaient jaunes, jaunes du reflet de la barbe d'or de son maître et du corps doré de la déesse aux yeux de ciel...


"Or, un soir, comme la lune malveillante avait permis aux Phoums maudits venus du Siam  de s'approcher de l'enceinte sacrée, le grand prêtre Mun-Hà, sans cesser d'implorer , entra doucement dans la mort,  sous les yeux désespérés de tous les  kittahs accablés...

Le grand prêtre Mun-Hà avait à ses côtés son chat divin Sinh...
Sinh... Le chat conseiller, dont les oreilles, le nez, la queue et l'extrémité des membres avaient pris la sombre couleur du sol, marque de la souillure et de l'impureté de tout ce qui touche la terre...


"C'est alors que se produisit le miracle... D'un bond, Sinh fut sur le trône d'or et se jucha sur la tête de son maître affaissé... Il s'arc-bouta sur cette tête chargée d'ans et qui, pour la première fois, ne regardait plus sa déesse... Et comme il restait à son tour figé devant la statue éternelle, on vit les poils hérissés de son échine blanche devenir soudain jaune d'or. Et ses yeux d'or devinrent bleus, immenses et profonds comme les yeux de la déesse.
Et quand il tourna doucement la tête vers la porte du sud, ses quatre pattes, qui touchaient le crâne vénérable, devinrent d'un blanc éclatant, jusqu'à l'endroit que recouvrait la soie des vêtements sacrés.

Et comme ses yeux se détournaient de la porte du sud, les kittahs, obéissant à cet impératif regard, chargé de dureté et de lumière, se précipitèrent pour fermer sur le premier envahisseur les lourdes portes de bronze.

"Le temple était sauvé de la profanation et du pillage"



"Sinh n'avait pas cependant quitté le trône et le septième jour, sans avoir fait un mouvement, face à la déesse, et les yeux dans les yeux, il mourut.

Emportant vers Tsun-Kyanksé l'âme de Mun-Hà, trop parfaite désormais pour la terre...
"Et quand encore, sept jours plus tard, les prêtres assemblés se consultèrent devant la statue pour décider de la succession de Mun-Hà, on vit accourir tous les chats du temple... Et tous étaient vêtus d'or et gantés de blanc, et tous avaient changé en saphir profond le jaune de leurs yeux... Et tous en silence entourèrent le plus jeune des kittahs que désignaient ainsi les ancêtres réincarnés par la volonté de la déesse..."
Depuis la légende dit également que "Malheur à celui qui, même involontarement, entaînerait la mort d'un de ces chats sacrés... Car son âme serait persécutée par celle du prêtre réincarné dans le chat qu'elle habite et 




Belle histoire! Non?
Mais elle ne s'arrête pas là.
Les premiers amateurs de Chats sacrés de Birmanie s'ont allés plus loin dans le mystère, ont entretenus le mythe ... Peut-être pour se garder la primeur de la race, comme un joli trésor?


Mais... Si la légende est belle, notre Birman  n'est pas originaire de Birmanie.
Aucune archive ne vient appuyer ces dires et même, le contredit: Mr ... n'a pas amené de chats de là-bas, etc...

La race a été créée dans le sud de la France , vers Nice, aux alentours de l'année 1920.
Probablement issue de plusieurs croisements successifs, voulus ou non, entre des chat dits siamois (aux extrémités colorées en brun et donc aux yeux bleus) et d'autres chats domestiques ou de race.
Son nom aurait été deposé officiellement ensuite en s'inspirant de la légende et pour eviter aussi la confusion avec le Burmese dont la race était déjà reconnue.

Voici en quelques lignes sa véritable histoire d'après les archives consultées...



Adhésion Le coin des adhérents Les  standards La légende Génétique Résultats d'exposition     LOOF     TICA